La GTB (Gestion Technique du Bâtiment) : Qu’est-ce que c’est ?

8 minutes de lecture

GTB

À l’heure où la gestion efficace des consommations énergétiques est devenue une nécessité pour tous, le secteur du bâtiment semble être un gisement immense de sources d’économie ! Pour réaliser ces économies, la Gestion Technique du Bâtiment (GTB) s’impose comme la solution incontournable, qu’il s’agisse de nouvelles constructions ou de projets de rénovation.

Dotée de fonctionnalités avancées de contrôle et de surveillance, la GTB permet une gestion proactive des installations contribuant ainsi à réduire la consommation d’énergie et les coûts associés.

Malgré son potentiel et son déploiement en plein essor, ce dispositif demeure largement méconnu du grand public. Dans cet article, BTIB partage son expertise sur le fonctionnement et les particularités de la GTB ainsi que son impact dans le cadre émergent des bâtiments intelligents.

La Gestion Technique du Bâtiment (GTB) : Qu’est-ce que c’est ?
La GTB (Gestion Technique du Bâtiment) : Qu’est-ce que c’est ?

Comprendre la GTB : définition, fonctionnement et avantages


Qu’est-ce que la Gestion Technique du Bâtiment (GTB) ?

La GTB, aussi appelée BMS (Building Management System en anglais), est un système informatique intégré de contrôle et de régulation qui supervise et optimise les performances de l’ensemble des équipements techniques d’un bâtiment. En centralisant la gestion des installations de chauffage, ventilation, climatisation (CVC), d’éclairage, de plomberie d’anti-intrusion : vidéosurveillance, la GTB contribue à améliorer l’efficacité énergétique, le confort et la sécurité des occupants.

Initialement axée sur le contrôle et la surveillance des systèmes pour gérer les grandes installations, la GTB était utilisée principalement comme un outil d’aide à l’exploitation des installations de CVC (Chauffage, Ventilation et Climatisation) en facilitant la maintenance préventive et la détection rapide des anomalies. Avec l’évolution des normes et la nécessité croissante d’optimisation énergétique des bâtiments, elle a élargi son champ d’action au suivi énergétique, certain ajoutant le ”E” d’énergétique pour donner le sigle GTEB :  Gestion Technique et Energétique du Bâtiment.

La GTB dispose de capacités avancées de supervision, intégrant des fonctionnalités telles que la surveillance en temps réel, l’analyse des données et la prise de décision automatisée permettant ainsi une gestion plus efficace des installations et une économie d’énergie accrue.

Quels bâtiments intègrent une GTB ?

À l’origine, elle était principalement déployée dans des infrastructures imposantes nécessitant une gestion précise de tous les équipements installés tels que les hôpitaux, les tours et gratte-ciel, les usines ou encore les hôtels.

Depuis lors, son installation s’est largement généralisée. Elle s’étend désormais aux environnements de taille plus modeste qu’ils soient tertiaires (commerces, bureaux, etc.) ou non tertiaires (industriels, agricoles, etc.) renforçant ainsi son impact et son utilisation à travers divers secteurs.

Elle est aujourd’hui déployée sur de nombreux parcs de petits sites tels que des réseaux d’agences bancaires ou des stations-services afin de permettre une exploitation à distance car la présence d’un exploitant sur place n’est pas économiquement viable.

Principes et fonctionnement d’une GTB

La GTB (Gestion Technique du Bâtiment) repose sur le contrôle des équipements techniques via une interface de gestion capable de traiter les données remontées par les capteurs. Elle utilise des actionneurs pour exécuter les commandes et des automates pour superviser en temps réel l’ensemble du système. La supervision permet de surveiller les performances, de détecter les anomalies et d’optimiser les opérations du bâtiment intelligent.

La GTB est un système qui comprend les éléments de :

  • La couche process : sondes, capteurs, actionneurs et automates de régulation (CVC, Eclairage/Store, Plomberie, Electricité)
  • La couche réseau : switch, routeurs, concentrateurs GTB, voire base de données
  • La couche de supervision : superviseur avec la gestion des alarmes, des historiques et du recloisonnement pour les systèmes qui ne gèrent pas ces fonctions de manière intégrée

Dans le langage courant, elle désigne souvent l’outil d’exploitation, c’est-à-dire la supervision technique. Il faut cependant garder à l’esprit qu’elle comprend tout le système d’automatisation et de surveillance du bâtiment.

Domaines d’application de la GTB

  • Chauffage, climatisation et ventilation (CVC) : elle optimise les performances énergétiques en contrôlant la production et la distribution du chaud et du froid dans un bâtiment.
  • Éclairage : elle offre un contrôle avancé en pilotant par exemple l’allumage et l’extinction des lumières selon les besoins, favorisant ainsi des économies d’énergie significatives.
  • Sécurité : elle surveille en temps réel la fiabilité des équipements de sécurité et déclenche des alertes en cas de situation anormale garantissant la sécurité des occupants.
  • Gestion des consommations : elle permet la collecte à distance des données de consommation et fournit des analyses approfondies pour identifier les tendances et les économies d’énergie potentielles.

Intérêt et avantages d’une GTB

La GTB offre une multitude d’avantages tant pour les gestionnaires de bâtiments que pour les occupants. De l’optimisation des ressources énergétiques à la garantie du confort et de la sécurité, elle s’impose comme une solution incontournable pour répondre aux défis actuels tout en se conformant aux obligations fixées par les décret Tertiaire et BACS. 

  • Optimisation des performances énergétiques : elle permet d’optimiser la consommation énergétique en surveillant et en contrôlant les équipements pour réduire les gaspillages et les pertes d’énergie.
  • Sécurité et confort des occupants : en régulant efficacement les systèmes de chauffage, de ventilation, de climatisation et d’éclairage et en assurant une surveillance accrue des systèmes d’alarmes, elle contribue à assurer un environnement confortable et sécurisé pour les occupants du bâtiment.
  • Réduction des coûts énergétiques : en rationalisant le fonctionnement des équipements (gestion de l’occupation par exemple), elle entraîne des économies significatives sur les factures énergétiques à long terme.
  • Maintenance préventive : la surveillance en temps réel des équipements permet de détecter les failles potentielles avant qu’elles ne deviennent critiques réduisant ainsi les risques de pannes coûteuses et d’interruptions inattendues.
  • Gestion centralisée : elle offre une interface de gestion centralisée pour surveiller et contrôler tous les systèmes techniques d’un bâtiment, simplifiant par conséquent le pilotage et la prise de décision pour les exploitants techniques d’un bâtiment.

Quelle classe de GTB choisir ?

Lors du choix d’un système de GTB, il est primordial de prendre en considération la norme NF-EN-ISO-52120 (qui remplace la EN 15232). Cette norme permet de classer la performance du système de GTB selon les fonctions d’automatisation des installations techniques. Allant de la classe A à la classe D, cette norme permet d’évaluer l’efficacité énergétique de chaque sous-système technique (régulation de température, gestion de l’éclairage et des stores, fonctionnement des équipements de production d’eau chaude et d’eau glacée, etc.) afin de déterminer la performance du bâtiment dans son ensemble.

Par exemple, si vous prévoyez de gérer les commandes d’éclairage via un interrupteur manuel de mise en marche/arrêt, vous obtiendrez une GTB de classe D. Pour obtenir la classe A, il faut gérer les commandes d’éclairage par une détection automatique de l’occupation.

La classe du système de GTB est déterminée par la bonne évaluation de chaque sous-système. Ainsi, si vous disposez de fonctions de Classe A sur votre bâtiment mais qu’un des sous-systèmes est de Classe B, alors votre GTB est de classe B.

S’agissant d’un système global et programmable, il n’est pas possible d’affirmer qu’une GTB de telle ou telle marque est certifiée de Classe A ou B. Il est essentiel de s’assurer que les différents organes qui la composent disposent des fonctions requises pour la classe visée mais surtout qu’ils ont été mis en œuvre.

Quels sont les autres critères pour choisir une GTB ?

D’autres critères doivent également être pris en compte pour orienter son choix :

  • Ouverture : capacité du système à communiquer avec divers équipements et protocoles
  • Evolutivité : flexibilité du système pour s’adapter aux besoins futurs du bâtiment
  • Cybersécurité : mesures de protection des données et des communications au sein du réseau GTB pour protéger les informations sensibles et prévenir les cyberattaques potentielles
  • Connectivité : capacité du système GTB à échanger des données avec des tiers pour maximiser les avantages de l’interopérabilité et de l’analyse des données
  • Prix : coût global du système GTB, incluant l’investissement initial, la maintenance et l’exploitation
  • Maintenabilité : capacité du système à être entretenu par un large panel de sociétés (qui disposent des compétences et des certifications des constructeurs/éditeurs des solutions de GTB)

Les impacts du décret Tertiaire et du décret BACS sur la GTB

Le secteur tertiaire doit se conformer à des normes strictes en matière d’efficacité énergétique, principalement régies par deux décrets majeurs : le Décret Tertiaire et le Décret BACS (Building Automations and Control Systems).

Le Décret Tertiaire, établi en 2019, instaure la réglementation Éco Énergie Tertiaire (EET) exigeant des bâtiments existants ou neufs dépassant 1000 m² de réduire leur consommation énergétique respectivement de 40%, 50% et 60% d’ici à 2030, 2040 et 2050.

Le Décret BACS, publié en juillet 2020, spécifie les mesures nécessaires pour atteindre les objectifs de l’Éco Énergie Tertiaire en imposant l’installation de systèmes d’automatisation et de contrôle et notamment des GTB de classe A ou B.

Il requiert la mise en place d’une GTB d’ici le 1er janvier 2025 pour tous les bâtiments tertiaires non résidentiels dont le système de chauffage, de climatisation ou de ventilation, seul ou combiné, affiche une puissance nominale utile supérieure à 290 kW. Ce seuil sera réduit à 70 kW à partir du 1er janvier 2027.

Comment financer un système de GTB ?

Afin d’encourager la transition énergétique, le décret BACS s’appuie sur le mécanisme des Certificats d’Économies d’Énergie (CEE). Ce dispositif permet au secteur tertiaire de financer l’installation de son système de GTB grâce aux primes des CEE, établies par l’État depuis 2005. Le financement des GTB via les CEE offre aux gestionnaires de bâtiments l’opportunité de réaliser des économies d’énergie significatives avec un investissement initial réduit.

En conclusion, la Gestion Technique du Bâtiment représente une solution concrète pour améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments. Un investissement dans une GTB adaptée à l’environnement spécifique du bâtiment garantit non seulement la conformité réglementaire, mais favorise également la création d’environnements durables et économiquement avantageux pour les exploitants, tout en améliorant significativement le confort et la sécurité des occupants.

Les réponses à vos questions sur la GTB

Qu’est-ce que ça veut dire GTB ?

GTB signifie Gestion Technique du Bâtiment. Il s’agit d’un système informatique intégré qui permet de contrôler et de gérer tout type d’équipement technique d’un bâtiment. Traditionnellement, il s’agit des systèmes de chauffage, de ventilation, de climatisation (CVC), de plomberie et d’électricité ou encore des systèmes d’anti-intrusion, de vidéo surveillance ou d’IoT. Elle vise à optimiser les performances énergétiques, la sécurité et le confort des occupants du bâtiment. Elle est souvent mise en œuvre par des entreprises spécialisées, appelées intégrateurs GTB et nécessite des compétences techniques et une expertise spécifique dans les domaines de l’automatisation et du contrôle des bâtiments.

Quel est l’objectif de la GTB ?

La GTB, également connue sous le nom de Gestion Technique du Bâtiment, permet de contrôler l’ensemble des lots techniques d’un bâtiment qu’il soit neuf ou existant. Elle régule le chauffage, l’électricité, la climatisation et la ventilation offrant un contrôle à distance et une supervision complète des installations pour une gestion efficace et un confort optimal des occupants.

Qui installe la GTB ?

La GTB est un système complet et complexe qui implique l’intervention d’entreprises spécialisées variées. Cela comprend des installateurs métiers tels que des spécialistes en chauffage, ventilation et climatisation (CVC), électricité ou encore sécurité pour l’installation physique des équipements et des réseaux ; des automaticiens pour la fourniture et la programmation des automates ; des intégrateurs pour assurer la communication et la supervision cohérente de l’ensemble ainsi que des exploitants pour garantir le bon fonctionnement et la maintenance continue du système.
 
Pour bénéficier de la prime CEE, l’installation d’un système GTB doit être effectuée par une entreprise agréée, possédant le label RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) ou Éco-artisan. Ces labels garantissent le respect des critères de qualité et de compétence dans la mise en œuvre de projets d’efficacité énergétique. 

Qu’est-ce qu’une analyse fonctionnelle GTB ?

Une analyse fonctionnelle GTB implique l’examen approfondi des principales fonctions de chaque installation technique intégrée dans un bâtiment telles que le chauffage, la ventilation et la climatisation (CVC), l’éclairage ou encore la sécurité. Elle aboutit à la création préalable d’un document de conception du système essentiel lorsque de nombreux points doivent être programmés. Ce dernier spécifie ainsi les fonctions, interactions et interfaces du système avant la phase de programmation.

Lorsque l’on conçoit une GTB, il est nécessaire de réaliser une analyse fonctionnelle. Il s’agit d’un document qui décrit les fonctions, interactions et interfaces du système avant la phase de programmation. Pour le réaliser, il est nécessaire de procéder à examen approfondi des principales fonctions de chaque installation technique intégrée dans un bâtiment.

Quelle est la différence entre GTB et GTC ?

La différence entre GTB (Gestion Technique du Bâtiment) et GTC (Gestion Technique Centralisée) réside dans leur échelle d’intervention. La GTB intervient sur l’ensemble des lots techniques d’un bâtiment permettant un contrôle global des équipements installés. Tandis que la GTC se concentre sur le contrôle des installations d’un seul lot dans un domaine d’application spécifique offrant ainsi une gestion technique plus ciblée. Par exemple, un bâtiment pourrait disposer d’une GTC éclairage qui ne gérerait que cette fonction sans forcément la partager facilement avec les autres systèmes.

Quelle est la différence entre GTB et Supervision ?

La GTB (Gestion Technique du Bâtiment) est un système complet qui optimise les performances énergétiques et opérationnelles d’un bâtiment en coordonnant et en automatisant ses divers équipements. La supervision est une interface graphique destinée à l’exploitant du bâtiment pour lui donner les outils de surveillance, de pilotage du bâtiment et de ses systèmes.

Notez cet article !
[Total : 1 / Moyenne : 5]

A propos de l’auteur

Avatar de Teddy Caroni

Cela pourrait vous intéresser

0 réponse à “La GTB (Gestion Technique du Bâtiment) : Qu’est-ce que c’est ?”

Laisser un commentaire